aDsr - association Dyslexie suisse-romande

Les enfants bilingues sont plus précoces

La Recherche, mai 2011, no 453, pages 56-58

Environ 2/3 des enfants grandissent dans un univers bilingue dans le monde. Les tests montrent dès 1999 que l'effet du bilinguisme est positf, parce que les enfants développent dans cet environnement une «flexibilité cognitive» en réponse aux règles de deux langues.

L'effet est perceptible dès le plus jeune âge, avant la première année de vie. La capacité précoce d'adaptation reposerait en partie sur l'attention sélective, et ce dès l'âge de 2 ans.

Une seconde faculté, l'inhibition inversée, c'est-à-dire la capacité d'inhiber une mauvaise réponse, est démontrée plus dévelopée dès 5-6 ans chez les bilingues. En imagerie cérébrale, le cortex préfrontal est activé au moment où le bilingue passe d'une langue à l'autre. On ne sait pas si les effets positifs du bilinguisme ont un effet à long terme, ou apparaissent aussi en cas d'apprentissage d'une langue au-delà de la petite enfance, ou si le fait d'être polyglotte augmente les bénéfices. (NdR: un enfant sans problème apprend donc deux langues sans peine, mais ce n'est évidemment pas le cas pour un enfant présentant des troubles du langage où cela serait perturbateur).

BrowseAloud

Accédez à la lecture vocale du site de l'aDsr!

Pour lire cette page en police Dyslexie de Christian Boer.