aDsr - association Dyslexie suisse-romande

L'apprentissage de la musique améliore la perception du langage

L'Educateur octobre 2012, p. 16 à 18
Entretien avec Julie Chobert, Labo neurosciences cognitives CRNS, Aix-Marseille

Le langage joue un rôle fondamental dans l'organisation des sociétés
humaines: idées, passé/présent/futur, décrire des intentions. La musique
assure la cohésion du groupe social: exprimer et évoquer des émotions,
du plaisir. Ce sont 2 activités typiquement humaines, ce sont 2 signaux
acoustiques qui reposent sur les mêmes paramètres acoustiques:
fréquence, durée, intensité, timbre. Langage et musique ne sont pas des
entités, mais reposent sur différents niveaux d'organisation structurale
et fonctionnelle. Le langage a ainsi 4 niveaux d'organisation: la
phonologie (sons des mots), la sémantique (sens des mots), la syntaxe
(ordre des mots dans la phrase,) et la pragmatique (ordre des phrases
dans le discours). La musique repose sur 3 miveaux d'organisation: le
rythme (organisation temporelle des notes), la mélodie (séquence des
notes dans la phrase), et l'harmonie (relation verticale entre les
notes: intervalles, accords). Langage et musique dépendent des processus
moteurs, de la perception auditive, de l'attention et de la mémoire. Les
effets de l'apprentissage de la musique chez les dyslexiques, dans des
études prospectives, ont révélé une amélioration du traitement de la
durée des syllabes et du contraste, après seulement 6 mois
d'apprentissage de la musique. Il en va de même pour d'autres fonctions
cognitives comme la mémoire et l'attention. Les branches dites
secondaires ont ainsi démontré des bénéfices pour d'autres apprentissages
(NdR: la sémiophonie, traitement spécifique utile chez certains dyslexiques
avec défaut d'attention auditive, existe depuis 20 ans, en application de
ces effets du traitement).

BrowseAloud

Accédez à la lecture vocale du site de l'aDsr!

Pour lire cette page en police Dyslexie de Christian Boer.