aDsr - association Dyslexie suisse-romande

3.1 Que peut-on faire en maternelle pour aider les apprenants qui présentent un risque manifeste de développer de la dyslexie ?

Contrairement à une idée répandue, vous pouvez tout à fait intervenir dès la maternelle pour aider vos apprenants montrant plusieurs facteurs de risque de
dyslexie ultérieure (voir question 5 pour une liste de ces facteurs de risque précoces).


Les apprenants dyslexiques présentent un déficit phonologique central, c'est-à-dire qu'ils ont des difficultés à se représenter et à manipuler les unités phonologiques telles que la syllabe, l'unité d'attaque-rime et surtout le phonème. Or, la capacité à se représenter et à manipuler consciemment ces unités constitue un prérequis essentiel pour le développement harmonieux de la lecture et de l'orthographe.

Pour ces apprenants, mais également pour les autres enfants de la classe, il est donc essentiel d'effectuer des activités visant à développer leurs habiletés métaphonologiques, c'est-à-dire leurs habiletés à se représenter et à manipuler les unités phonologiques, en particulier les phonèmes.
Des études scientifiques ont montré qu'un entraînement de ce type durant 20 minutes par jour pendant seulement trois semaines améliorait significativement la conscience phonologique chez les apprenants dyslexiques et chez les enfants non dyslexiques. Ces exercices sont donc bénéfiques pour tous les enfants de la classe, et tellement utiles pour les préparer à l'apprentissage de la lecture et de l'orthographe.

En maternelle, on se limite généralement aux tâches de génération et de détection ; les autres tâches étant trop complexes pour des apprenants de cet âge.
Vous pouvez présenter ces tâches de manière ludique, par exemple en présentant aux enfants une poupée ou une peluche qui « viendrait d'une autre planète qu'il faudrait aider à apprendre le français », comme illustré dans le film « La dyslexiecomment tresser une structure d'accompagnement solide ? ».


Le second domaine dans lequel vous pouvez aider les apprenants à risque de dyslexie à se préparer au mieux à l'entrée dans le langage écrit est celui des exercices de pré-lecture et de pré-écriture.
Si vous enseignez déjà l'alphabet, faites-le de manière multisensorielle : demandez de tracer les lettres en grand, dans les airs, dans du sable, sur une matière rugueuse comme du papier de verre, sur le dos de leur voisin(e) de classe qui doit deviner de quelle lettre il s'agit, etc. Faites leur « vivre » les lettres en leur demandant de prendre physiquement la forme de la lettre. Faites-leur écrire les lettres les yeux fermés, en leur demandant de se concentrer sur le geste graphique et sur ce qu'ils ressentent dans leur bras et leur main quand ils écrivent. Dans la mesure du possible, utilisez un alphabet en bois ou en plastique dont les lettres peuvent être touchées et manipulées. Le sens tactile soulage et renforce le sens visuel.

BrowseAloud

Accédez à la lecture vocale du site de l'aDsr!

Pour lire cette page en police Dyslexie de Christian Boer.